Construction du quartier de La Forge

Vue de synthèse du quartier de la Forge à Montjean-sur-Loire - depuis la rue d'Anjou
Vue de synthèse du quartier de la Forge à Montjean-sur-Loire - depuis la rue d'Anjou

DYNAMISER PAR DES NOUVEAUX SERVICES

L’ancienne usine de la Forge va céder la place à une zone d’habitat, de commerces et de services dont un espace santé. Attendus par les habitants, ces services permettront un meilleur maillage de la zone Est de Mauges-sur-Loire et une revitalisation du centre de la commune déléguée de Montjean-sur-Loire. Afin d’assurer un développement cohérent des services, une analyse urbaine et une étude de faisabilité ont été réalisés. Ainsi, ce sont 31 logements locatifs (T2, T3 et T4) qui verront le jour, répartis sur 3 îlots : un îlot situé le long de la rue d’Anjou, un îlot Nord implanté le long de la rue des Cettes, et un îlot en liaison avec la place du Vallon. En rez-de-chaussée, un espace santé composé de médecins, infirmiers et orthophonistes ainsi que des commerces de proximité seront installés. Au centre, un mail avec des aménagements paysagers. Un plateau fera également la liaison entre le parc de découverte Cap Loire et le quartier de la Forge.

Après dépollution du site, les travaux ont lieu de début 2019 à septembre 2020.

L’histoire d’un site industriel emblématique

La Forge tourne une page de son histoire. Par la construction du nouveau quartier, la commune opère une grande transformation du site, qui passe d’ancienne usine à pôle habitat, santé et commerces. Retour sur 150 ans d’histoire.

De la betteraverie-sucrerie à la forge industrielle

Bâtiment construit vers 1855, La Forge a d’abord été une betteraverie – sucrerie. Faute de culture de betteraves dans la Vallée, le bâtiment sera rapidement utilisé comme atelier de réparation pour le matériel des mines de charbon, du groupe familial Heusschen des «Mines et Fours à chaux de la Basse-Loire», qui deviendront en 1882 les « Forges de la Basse Loire ». L’usine produisait pour la marine (chantiers navals de Nantes, arsenal de Lorient) ainsi que pour les chemins de fer (Paris-Orléans). Au début du XXème siècle, la Forge a même été une fabrique de bicyclettes. Les activités montjeannaises étaient alors à l’apogée de l’économie marinière et chaufournière, tout en s’intégrant à l’économie métallurgique de la Basse-Loire centrée sur Nantes.

La Forge - ancienne usine à Montjean-sur-Loire

Du textile choletais à l’usine ERAM

Avec la grande crise, survient la fermeture au début des années 1930. La Forge devient alors un atelier de tissage relevant de l’industrie textile de Cholet. Mais située en dehors du territoire de la marque, l’usine devra cesser de tisser pour être reconvertie, fin années 1930, en fabrique de matelas et d’édredons. En 1955, c’est l’entreprise ERAM, du groupe familial Biotteau (de Saint-Pierre-Montlimart) qui installe une de ses nombreuses usines de chaussures dans l’ancienne forge, la transformant dans son aménagement intérieur mais aussi extérieur avec l’abattage de la « grande cheminée », symbole emblématique du lieu. Environ 150 employés y travailleront jusqu’au début des années 1980. Une nouvelle usine ERAM sera ensuite construite au sud du bourg de Montjean-sur-Loire, provoquant la fermeture du site de la Forge.

La Forge - ancienne usine de chaussures à Montjean-sur-Loire
La Forge - ancienne usine de chaussures à Montjean-sur-Loire © C. Rosello

L’écomusée et la mise en valeur du patrimoine industriel

A partir de 1986, un écomusée s’installe dans ces locaux vacants, étudiant et valorisant le patrimoine marinier, industriel, chanvrier, archéologique fluvial, à travers des expositions de ses collections, médiations et démonstrations. Des visites de sites sont alors proposées, comme un parcours à bord de la gabare de Loire La Montjeannaise et un parcours des fours à chaux de Châteaupanne. L’écomusée atteint jusqu’à 7000 visiteurs par an. Cependant, l’absence de réhabilitation du lieu entraîna sa fermeture en 2003. Cap Loire, situé à une centaine de mètres de distance, a ensuite pris le relais en tant que site de valorisation patrimoniale. Depuis, les locaux de la Forge ont servi de lieu d’expositions artistiques, notamment pour le Symposium de sculptures.

La réhabilitation : un pôle médical, habitat et commerces

De février à avril 2017, les travaux de déconstruction ont été réalisés. Les 3400 m2 de bâtiments ont été désamiantés puis démolis. 90% des matériaux ont été recyclés pour être revalorisés : béton, fer et plastique. Le déménagement des associations culturelles qui y prenaient place a eu lieu fin 2016. Après dépollution des sols, la construction du nouveau site a démarré début 2019. Des logements locatifs sociaux sont construits par Maine-et-Loire Habitat, avec des commerces de proximité et un pôle médical. La transformation du site de la Forge est en marche.

Partager sur