Influenza aviaire : prévention et mesures à prendre dans les élevages de volailles et basses-cours

influenza_aviaire

Depuis le mois d’août, les foyers d’influenza aviaire liés à un virus H5N8 hautement pathogènes ont été détectés chez des oiseaux sauvages et dans les élevages commerciaux en Russie et au Kazakhstan. Depuis le 20 octobre dernier, des oiseaux sauvages infectés ont également été identifiés au Pays-Bas. L’agence nationale d’évaluation de la sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a rendu un avis imposant d’élever le niveau de risque pour le territoire national. La progression rapide du virus a conduit le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation à relever ce week-end le niveau de risque de l’ensemble du territoire français métropolitain. Le Maine-et-Loire est très impacté par les mesures sanitaires correspondant à ce relèvement, notamment celles s’appliquant sur les zones dites à risque particulier (ZRP), et correspondant à 55 communes du département (carte ci-dessous), où sont présentes des zones humides significatives, susceptibles d’héberger de la faune sauvage éventuellement contaminée.

zones-risque-particulier

Dans les Zones à Risque Particulier (ZRP), ces mesures concernent en particulier :

  • Les enclos de volailles d’élevage ou la protection de celles-ci par un filet avec réduction des parcours extérieurs, pour les élevages commerciaux ou non (basses-cours). Les élevages commerciaux pouvant bénéficier de dérogations, mais pas les élevages non commerciaux.
  • L’interdiction d’organisation de rassemblements d’oiseaux (concours, expositions, marchés) ou de faire participer des oiseaux provenant de ZRP à des rassemblements hors ZRP.
  • Pour la chasse, l’interdiction de transport et de lâcher de gibier à plumes, et l’interdiction d’utilisation d’appelants et de transport d’appelants issus de ZRP.

Cette prévention a pour but de protéger les volailles d’une potentielle contamination qui aurait des conséquences graves pour le département, très tourné vers les productions avicoles, avec des enjeux importants en matière d’exportations d’animaux vivants, de génétique aviaire et de viande de volailles. Les milieux professionnels du département ainsi que les maires ont été avertis chacun en ce qui concerne ses obligations. Par ailleurs l’Office Français de la Biodiversité et la Fédération Départementale de la Chasse renforcent leur vigilance sur les mortalités d’oiseaux sauvages (suspicion dès le premier mort pour les familles des Laridés, Anatidés et Rallidés).

Partager sur